Résultats de recherche d'images pour « le point en santé et services sociaux logo png »

 

 

COLLOQUE

Pour le mieux-être des aînés

23 AVRIL 2020

 

DU DOMICILE À L’HÉBERGEMENT

Le 23 avril 2020 au Centre des congrès et d’exposition de Lévis aura lieu la 4e édition du Colloque pour le Mieux-Être des Aînés sous le thème de « Du domicile à l’hébergement, les formules de soins et de services à découvrir ».

D’ici 2025, le Québec aura besoin de libérer plus de 6 000 logements pour ses aînés (plus de 65 ans), et ce, chaque année. Contrairement à l’Ontario où seulement 5% des aînés vivent en résidence, au Québec, ce chiffre atteint déjà 20% de la population des aînés.

Le soutien aux personnes âgées est un secteur d’affaires en pleine croissance pour les années futures; avec ses forces et ses faiblesses. Le Colloque Pour le Mieux-Être des Aînés se veut être le plus grand rassemblement au Québec de tous ceux qui, de près ou de loin, ont à cœur la qualité de vie de nos aînés.

PLUS DE 500 PARTICIPANTS ATTENDUS

Vous êtes propriétaire ou administrateur de résidences (petites ou grandes); un organisme, une association ou un groupe communautaire voué au bien-être des aînés; un directeur, gestionnaire, clinicien, professionnel, ou encore un employé du réseau de la santé et des services sociaux? Vous travaillez dans un établissement en santé et services sociaux tel qu’un RI, RPA, CHSLD (P et PC), ou encore vous êtes gestionnaire de soins à domicile? Le Colloque pour le Mieux-Être des Aînés est l’événement pour vous!

Sous le signe de la formation continue, ce colloque vise à promouvoir les stratégies vers l’adoption de saines pratiques en matière de prestation de soins de santé et de services sociaux.

 

LIEU

Centre des congrès de Lévis
5750, Rue J.-B.- Michaud, Lévis, Québec

DATE

Le jeudi 23 avril 2020

HEURE

Colloque : 7h00 à 17h00
Cocktail : 16h30 à 18h30

PROGRAMMATION GÉNÉRALE


7 h 00 Accueil et inscription – viennoiseries et café

 

8 h 30 Mot d’ouverture

Normand Bouchard, Président, Le Point en santé et services sociaux

 

8 h 35 Mot du commanditaire or

 

8 h 50 Conférence La Direction générale des aînés et des proches aidants (DGAPA) – vision et actions

Natalie Rosebush, Sous-ministre adjointe, Direction générale des aînés et des proches aidants, Ministère de la Santé et des Services sociaux

 

9 h 30 Conférence Ajouter de la vie aux années par la gériatrie sociale

Dr Stéphane Lemire, Interniste gériatre et président, Fondation AGES

 

10 h 00 Pause-café et visite du Salon des exposants

 

11 h 00  Première série d’ateliers

► ATELIER 1-1 Projet unir : co-construire ensemble!
Josée Chouinard, Directrice SAPA, CISSS de Chaudière-Appalaches
Carole Bordes, Directrice Adjointe Logistique, CISSS de Chaudière-Appalaches

 

ATELIER 1-2 L’importance du repérage des personnes âgées en perte d’autonomie selon une approche populationnelle et préventive
Michel Raîche, Directeur scientifique, Centre d’expertise en santé de Sherbrooke

 

ATELIER 1-3 La téléréadaptation pour les personnes atteintes de la maladie de Parkinson avec histoire de chutes
Violaine Lavoie, Physiothérapeute clinicienne et chercheure associée, CISSS de Chaudière-Appalaches

 

ATELIER 1-4 Les Outils de cheminement Clinique informatisés pour les usagers et les proches aidants

Valérie Guillot, Conseillère en gérontologie, Direction des orientations des services aux aînés et aux proches aidants, Ministère de la Santé et des Services sociaux

 

ATELIER 1-5 Partenariat avec les résidences privées pour aînés: Une offre de service adaptée dans notre communauté

Mélissa Houle, Chef de service partenariat avec les RPA, Direction du programme soutien à l’autonomie des personnes âgées (SAPA), CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal 

Mélodie Charbonneau, Infirmière de liaison RPA, Direction du programme soutien à l’autonomie des personnes âgées (SAPA), CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal 

 

12 h 00 Dîner et visite du Salon des exposants

 

13 h 15 Deuxième série d’ateliers

ATELIER 2-1 Concept Maison des aînés

Stéphane Bouffard, Conseiller Clinique, Direction de la qualité des milieux de vie, Ministère de la Santé et des Services sociaux

 

ATELIER 2-2 Intégration d’une infirmière experte en gériatrie à l’urgence : Comment redéfinir l’« urgence » d’agir auprès des aînés dans ce contexte

Joanie Robitaille, Infirmière clinicienne spécialisée en gériatrie à l’urgence, CISSS de Chaudière-Appalaches, Direction SAPA, Hôtel-Dieu-de-Lévis

Patrick Archambault, MD, Urgentologue et intensiviste, Clinicien-chercheur intégré des IRSC, CISSS de Chaudière-Appalaches, Professeur agrégé, Département de médecine familiale et médecine d’urgence, Université Laval

 

► ATELIER 2-3 Outiller les proches aidants pour favoriser le maintien de l’engagement occupationnel

Chantal Viscogliosi, Ergothérapeute et professeure en ergothérapie, Université de Sherbrooke

 

► ATELIER 2-4 L’ordonnance de protection : un outil juridique méconnu

Marie-Nancy Paquet, Avocate, Lavery Avocats

 

ATELIER 2-5 Le rôle du comité des usagers via le parcours d’hébergement

Claude Ménard, Président, Regroupement provincial des comités des usagers

 

14 h 15 Pause-café

 

15 h 00 Troisième série d’ateliers            

ATELIER 3-1 Transformation d’un CHSLD en centre Alzheimer
Nancy Drouin, directrice adjointe PSAPA, CIUSSS de la Capitale-Nationale  
Sylvie Picard, chargée de projet, CIUSSS de la Capitale-Nationale

 

ATELIER 3-2 Évaluation comparative de la mise en œuvre du projet « Soins aigus pour les aînés » (Acute Care for Elders, ACE) dans deux hôpitaux francophones au Canada : l’hôpital Hôtel Dieu de Lévis et l’hôpital (HDL) et l’hôpital Montfort (HM) à Ottawa
El Kebir Ghandour, Chercheur postdoctoral IRSC- INESSS, CISSS de Chaudière-Appalaches
Patrick Archambault, Chercheur-clinicien intégré IRSC, MD, M. Sc, FRCP
Josée Rivard, Directrice des soins infirmiers, CISSS de Chaudière-Appalaches

 

ATELIER 3-3 Trajectoire de communication avec caucus intégré en CHSLD
Sylvie Paquet, Chef des activités d’optimisation, DSAPA, CIUSSS de la Capitale-Nationale

 

ATELIER 3-4 Comment bien se préparer à un déménagement en résidence
Sylvie Grenier, Directrice générale, Fédération québécoise des Sociétés Alzheimer
Nouha Ben Gaied, Directrice recherche et développement, qualité des services, Fédération québécoise des Sociétés Alzheimer
 
ATELIER 3-5 Les soins aux aînés ici et ailleurs dans le monde: problématiques et solutions

Dr Abdo Shabah, Membre du conseil d’administration, Association médicale canadienne (AMC)

 

 

16 h 00 Allocution

Marguerite Blais, Ministre responsable des Aînés et Proches aidants

 

16 h 30 Cocktail

ATELIERS

 

Atelier 1-1 Projet unir : co-construire ensemble!

Josée Chouinard, Directrice SAPA, CISSS de Chaudière-Appalaches

Carole Bordes, Directrice Adjointe Logistique, CISSS de Chaudière-Appalaches

Diffusées en octobre 2003, les orientations « Un milieu de vie de qualité pour les personnes hébergées en CHSLD » visaient à s’assurer que les personnes hébergées en centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) bénéficient d’un véritable milieu de vie de qualité.

En 2018, un état des connaissances produit par l’Institut national d’excellence en santé et services sociaux a permis de circonscrire cinq caractéristiques essentielles d’un milieu de vie de qualité, dont celle que le milieu de vie permette de se sentir comme à la maison.

Les 5 caractéristiques d’un milieu de vie selon l’INESSS (2018 – assises de la nouvelle philosophie des Maisons des Aînés) : (1) Permet de se sentir comme à la maison; (2) Adopte une gestion participative; (3) Compte sur du personnel compétent, engagé et reconnu; (4) Prête attention aux transitions vécues par le résident; (5) S’engage dans un processus d’amélioration continue de la qualité.

Quels sont les enjeux actuels ? : (1) « Se sentir comme à la maison… » amène un nouveau paradigme, et une nouvelle organisation du travail à réfléchir. (2) Comment s’adapter au rythme des usagers dans l’organisation du travail des Maisons des Aînés ? (3) Comment reproduire un réel chez-soi, flexible et prenant en compte les besoins des usagers au bon moment ? (4) Comment faire adhérer le personnel à cette nouvelle culture, dans un contexte de pénurie ? (5) Comment tirer profit des compétences de tous les titres d’emploi pour accompagner nos usagers au quotidien?

Nous vous présenterons, les résultats de notre projet UNIR : une organisation de travail intégrée au cœur des besoins des usagers au CHSLD de Beauceville.

Tout en redonnant les bonnes tâches aux bonnes personnes, l’expérience de ce projet vise à construire une organisation du travail autour des besoins de nos usagers. Nous présenterons en détail le service restauration comme à la maison, et la fonction hôtellerie aux chambres, un service sur mesure.

Redonner du sens au travail à nos équipes œuvrant dans un contexte de pénurie de main d’œuvre fait partie également des objectifs poursuivis.

 

Atelier 1-2 L’importance du repérage des personnes âgées en perte d’autonomie selon une approche populationnelle et préventive

Michel Raîche, Directeur scientifique, Centre d’expertise en santé de Sherbrooke

La conférence a pour objectif de présenter un outil permettant de repérer les personnes âgées en perte d’autonomie non connues des services du soutien à domicile.

Cette conférence mettra en lumière les meilleures pratiques de repérage et de suivis. L’auditoire sera donc sensibilisé aux avantages pour l’usager, le proche aidant et le réseau de santé d’une identification précoce des personnes vulnérables avant que le processus de perte d’autonomie ne soit trop avancé, de procéder à une évaluation plus approfondie et d’offrir le soutien requis.

Ces meilleures pratiques de repérage et de suivi sont les résultats de travaux réalisés dans le cadre de la Politique gouvernementale de santé publique.

 

 

 

 

 

 

Atelier 1-3 La téléréadaptation pour les personnes atteintes de la maladie de Parkinson avec histoire de chutes

Violaine Lavoie, Physiothérapeute clinicienne et chercheure associée, CISSS de Chaudière-Appalaches

Le but de cette conférence sera de faire un bref rappel des caractéristiques de la maladie de Parkinson (MP) et de présenter les résultats d’une étude exploratoire d’intervention de téléréadaptation.

Les chutes chez les personnes atteintes de la MP diminuent la qualité de vie et constituent un facteur de risque d’hospitalisation. La physiothérapie permet de diminuer le taux de chutes et d’améliorer la capacité fonctionnelle, mais l’accès à des services spécialisés de réadaptation pour les personnes vivant en région éloignée est limité.

Le but de cette étude était de vérifier la faisabilité d’une intervention novatrice par téléréadaptation auprès des personnes atteintes de la MP avec histoire de chute et d’explorer les effets de cette modalité d’intervention sur la capacité fonctionnelle et la qualité de vie.

Les participants ont pris part à un programme d’exercices à domicile d’une durée de 8 semaines supervisé à distance par un physiothérapeute à l’aide d’un système de télésanté. Toutes les rencontres étaient effectuées en présence d’un proche aidant. La participation à l’intervention, l’incidence des chutes, la capacité fonctionnelle et la qualité de vie ont été évaluées une semaine avant le début de l’intervention, puis une semaine et douze semaines post intervention.

Les taux de rétention et d’assiduité ont été de 91% et 100%. 21.9 % des sessions ont présenté des problèmes techniques, qui ont été résolus. Aucun événement indésirable n’est survenu. L’incidence des chutes au départ (100%) a diminué à la fois pendant la phase d’intervention (40%) et au suivi (70%). La capacité fonctionnelle et la qualité de vie se sont améliorées.

La physiothérapie par téléréadaptation est faisable et sécuritaire pour les personnes atteintes de la MP. L’amélioration de la capacité fonctionnelle et de la qualité de vie devra être confirmée avec une étude expérimentale.

 

Atelier 1-4 Les Outils de cheminement Clinique informatisés pour les usagers et les proches aidants

Valérie Guillot, conseillère en gérontologie, Direction des orientations des services aux aînés et aux proches aidants, Ministère de la Santé et des Services sociaux

La conférence a pour objectif de présenter la philosophie des Outils de cheminements cliniques informatisés (OCCI), les différents outils compris dans les OCCI permettant une approche préventive basée sur les données probantes, et ce, sur toute la trajectoire des usagers et leur proche aidant (ex. : Soutien à domicile, réadaptation, CHSLD).

La présentation permet aussi de mettre en lumière l’approche préventive possible grâce à l’utilisation d’indices de situation potentiellement problématique et leurs marqueurs associés, notamment en ce qui a trait à l’épuisement des proches aidants et la maltraitance chez les aînés. 

Il est aussi prévu de présenter les avantages de la banque de données tirée des OCCI pour soutenir les gestionnaires dans l’organisation des services et leurs décisions clinico-administratives.

Cette présentation se conclura par les avancées et les futurs développements des OCCI.

 

 

 

 

 

 

Atelier 1-5 Partenariat avec les résidences privées pour aînés: Une offre de service adaptée dans notre communauté

Mélissa Houle, Chef de service partenariat avec les RPA, Direction du programme soutien à l’autonomie des personnes âgées (SAPA), CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal

Mélodie Charbonneau, Infirmière de liaison RPA, Direction du programme soutien à l’autonomie des personnes âgées (SAPA), CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal

Dans le contexte actuel de vieillissement de la population, on retrouve près de 90 000 personnes âgées de 65 ans et plus sur le territoire du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal (CIUSSS-EMTL). On dénombre que 67 % d’entre elles sont atteintes d’au moins une maladie chronique et que plus de 11 % habitent en résidences privées pour ainés (RPA). En 2020, on compte d’ailleurs 53 résidences privées certifiées sur le territoire du CIUSSS-EMTL.

Puisque les RPA sont aujourd’hui des acteurs majeurs dans le soutien à domicile de la population âgée, il est essentiel de développer un partenariat avec elles. Bien que le CIUSSS soit présent au sein des RPA,  il est souvent difficile d’augmenter le taux de pénétration de la clientèle suivie en soutien à domicile (SAD). Ainsi, 61 % des personnes vivant en RPA ne sont pas connues par le SAD.  Parmi ces personnes, on compte un certain nombre en perte d’autonomie et d’autres en très grande perte d’autonomie.

L’objectif de la conférence est de présenter le projet de mise en place d’infirmières de liaison dans les RPA et leur rôle auprès des résidences du territoire du CIUSSS-EMTL, à savoir :

– Systématiser l’utilisation d’un outil de repérage pour identifier les personnes présentant des facteurs de risque et les référer au SAD lorsque nécessaire.

– Offrir une alternative à l’urgence : permettre au RPA d’avoir accès à une infirmière de liaison pour procéder à l’évaluation, au traitement et aux références de la clientèle présentant un changement soudain dans leur état de santé.

– Sensibiliser les résidents des RPA à communiquer avec le SAD lorsqu’ils présentent des problèmes de santé et les informer des services offerts en première ligne.

– Soutenir les RPA dans la qualité de prestation des services : perfectionner l’analyse des rapports d’incidents et la mise en place des changements pour améliorer la sécurité et la qualité des soins et services. Apporter un soutien dans l’encadrement des pratiques de distribution et d’administration de médicaments (projet de loi 90).

 

Atelier 2-1 Concept Maison des aînés

Stéphane Bouffard, Conseiller Clinique, Direction de la qualité des milieux de vie

Le modèle centré sur la personne est à la base du concept de la Maison des aînés. Il favorise chez les résidents la possibilité de faire des choix et met l’emphase sur la dignité, le respect et l’autodétermination. Cette approche permet une normalisation, une appropriation et une personnalisation de l’espace par les résidents afin qu’ils se sentent davantage comme à la maison. Elle constitue un changement significatif tant dans la conception architecturale que dans la façon d’offrir les soins et les services. Elle renforce la dimension humaine au cœur des relations entre les usagers, leurs proches, le personnel et la communauté.

 

 

 

 

 

 


Atelier 2-2 Intégration d’une infirmière experte en gériatrie à l’urgence : Comment redéfinir l’« urgence » d’agir auprès des aînés dans ce contexte

Joanie Robitaille, Infirmière clinicienne spécialisée en gériatrie à l’urgence, CISSS de Chaudière-Appalaches, Direction SAPA, Hôtel-Dieu-de-Lévis

Patrick Archambault, MD, Urgentologue et intensiviste, Clinicien-chercheur intégré des IRSC, CISSS-CA, Professeur agrégé, Département de médecine familiale et médecine d’urgence, Université Laval

Les conférenciers présenteront l’implantation d’un projet-pilote d’infirmière experte en gériatrie à l’urgence au CISSS-CA. Plus particulièrement, les conférenciers feront un retour sur plus d’un an d’évolution de ce rôle.

Le Dr Archambault expliquera le contexte et les travaux préliminaires Acute care for elders (ACE) qui ont alimenté les réflexions et décisions quant à l’implantation de ce projet.

Mme Joanie Robitaille présentera les barrières rencontrées, l’évolution et l’adaptation locale du rôle, les micro-innovations issues du terrain, l’accompagnement d’une équipe de recherche avec des données probantes, transfert de connaissances multidisciplinaire ainsi que les outils, les bons coups et le chemin encore à faire pour pérenniser l’impact de cette pratique exemplaire.

 

 

 

 

 

Atelier 2-3 Outiller les proches aidants pour favoriser le maintien de l’engagement occupationnel

Chantal Viscogliosi, Ergothérapeute et professeure en ergothérapie, Université de Sherbrooke

Des études montrent que les aînés ayant un trouble neurocognitif majeur (TNCM) bénéficient de l’utilisation des stratégies cognitives adaptées favorisant la poursuite sécuritaire de leurs activités significatives. Les approches présentées aux proches aidants sont le plus souvent de nature dite compensatoire. Ne misant pas sur l’utilisation des capacités préservées des aînés en perte d’autonomie cognitive, elles provoquent fréquemment des symptômes comportementaux et psychologiques liés à la démence. Le fardeau des proches s’alourdit toujours plus, leur risque d’épuisement grimpe et le désir d’hébergement finit alors par s’imposer comme la seule solution possible. Des stratégies s’appuyant sur les mémoires procédurale (automatisation d’une tâche) et sémantique (connaissances) ainsi que sur les processus implicites (inconscients) de récupération de l’information favorisent l’apprentissage. Ces stratégies visant le maintien du fonctionnement quotidien et dont l’efficacité est démontrée sont, par exemple: l’apprentissage sans erreur (utilisation du bon geste dans l’apprentissage), l’encodage moteur (répétition du geste), la récupération espacée (augmentation du délai entre les répétitions) et l’estompage (diminution graduelle des indices pour les répétitions).  

Un projet-pilote de cinq ateliers de deux heures chacun avec les proches aidants de personnes ayant un TNCM a été réalisé de mai à octobre 2019 avec la Société Alzheimer des Maskoutains. Les ateliers ont été bâtis à partir des entrevues réalisées auprès de 10 proches aidants, une accompagnatrice aux familles, un conseiller aux familles et trois intervenantes en soutien à domicile. Après chacun des ateliers un questionnaire permettait de recueillir les commentaires afin de bonifier les ateliers subséquents. Des entrevues individuelles post-ateliers ont permis de comprendre les retombées et d’envisager les étapes suivantes. Selon les proches aidants, l’enseignement et le soutien à l’appropriation des stratégies cognitives pour des activités liées à notamment à l’hygiène ou à l’alimentation influencerait très positivement (75%) ou plutôt positivement (25%) leur façon d’interagir avec la personne dont ils prennent soin et leur satisfaction face au maintien à domicile. Ce projet d’enseignement a favorisé l’empowerment par les proches. Pour favoriser l’appropriation des stratégies, un outil d’aide à la décision a été développé. Une application numérique interactive sera développée à partir de cet outil.

 

 

Atelier 2-4 L’ordonnance de protection : un outil juridique méconnu

Marie-Nancy Paquet, Avocate, Lavery Avocats

En 2016, le législateur a modifié le Code de procédure civile afin d’y introduire une nouvelle mesure : l’ordonnance de protection. Par cette mesure de nature injonctive, le tribunal enjoint à une personne de faire ou de ne pas faire quelque chose ou encore d’accomplir un acte afin de protéger une personne dont la vie, la santé ou la sécurité est menacée. La transgression de cette ordonnance est susceptible de constituer un outrage au tribunal, punissable d’une amende, de travaux d’utilités sociales ou même d’une peine d’emprisonnement. Caractéristique importante, l’ordonnance de protection peut être demandée par une autre personne ou par un organisme si la personne menacée y consent ou bien avec l’accord du tribunal.

Depuis son entrée en vigueur, l’ordonnance de protection a été utilisée dans quelques situations relatives au bien-être des aînés : empêcher les contacts entre un individu et un aîné dans un contexte de maltraitance ou afin de faire cesser les entraves d’un individu, qui s’immisçait dans la prestation des soins requis par l’état de santé d’un aîné. La présentation a pour but de faire connaitre cet outil juridique de nature à constituer une mesure concrète de frein à la maltraitance.

 

 

Atelier 2-5 Le rôle du comité des usagers via le parcours d’hébergement

Claude Ménard, Président, Regroupement provincial des comités des usagers

À tous les niveaux et aux diverses étapes des parcours, de nombreux facteurs (individuels, organisationnels, administratifs et économiques) entravent la prise de parole, l’engagement et le respect de leurs droits des personnes devant composer au quotidien avec une perte d’autonomie. Tous les milieux d’hébergement ont la responsabilité de multiplier et de diversifier les moyens pour favoriser la prise de parole  des résidents et de leurs représentants. À cet effet, les comités des usagers et de résidents jouent un rôle déterminant, pour lequel ils sont explicitement mandatés par la Loi sur les services de santé et les services sociaux aux articles 209 à 212.

Ces comités sont les gardiens des droits des usagers. À ce titre, ils doivent veiller à ce que les usagers soient traités dans le respect de leur dignité et en reconnaissance de leurs droits, être le porte-parole des usagers et des résidents auprès des instances de l’établissement, avoir une préoccupation particulière envers les groupes d’usagers en situation de vulnérabilités et promouvoir l’amélioration des conditions de vie des personnes recevant des soins tant à domicile qu’en hébergement.

 

 

 


Atelier 3-1 Transformation d’un CHSLD en un centre Alzheimer

Nancy Drouin, Directrice adjointe PSAPA, CIUSSS de la Capitale-Nationale

Sylvie Picard, Chargée de projet, CIUSSS de la Capitale-Nationale

En 2017, dans le cadre d’un projet supporté par le MSSS, le CEVQ et le CIUSSSCN, le CHSLD Le Faubourg – CHLSD classique a été choisi pour être transformé en CHSLD Alzheimer. Le projet comportait plusieurs volets (expertise avec Philippe Voyer, recherche avec Diane Morin), mais cette présentation portera sur le volet opérationnel de la transformation.

Il a été choisi de débuter par une transformation des pratiques avant une transformation physique de lieux et ce changement s’est effectué sur une période de 12 mois. Supportée par divers comités afin de garder une communication ouverte avec l’ensemble des partenaires soit une chargée de projet et des usagers partenaires, l’équipe s’est dotée d’une photo de départ du milieu et des besoins des usagers qui a été comparée à la vision souhaitée. Un plan de changement qui répondrait aux exigences d’un milieu de vie pour personnes aînées atteintes de problèmes cognitifs a été élaboré en impliquant concrètement l’ensemble des employés dans le processus décisionnel dans une approche de type « Bottom-up ».

Il a été établi que les éléments suivants devaient être modifiés : valeurs, approches, offres d’activités occupationnelles, personnalisation, accès extérieur, gestion des risques, notion de liberté, lien avec la communauté afin de favoriser l’inclusion sociale de nos aînés atteints de troubles neurocognitifs. Les modifications ont été effectuées et la philosophie de départ choisie par les équipes se vit maintenant pleinement Vivons ensemble le moment présent.

Cette présentation pourra guider d’autres CHSLD qui souhaitent réaliser une transformation similaire dans les étapes, les enjeux, les obstacles et les facilitateurs à prendre en compte. Le CHSLD Le Faubourg a débuté récemment la transformation physique des lieux et se concentre sur les actions visant la pérennité de la transformation.

 

 

Atelier 3-2 Évaluation comparative de la mise en œuvre du projet « Soins aigus pour les aînés » (Acute Care for Elders, ACE) dans deux hôpitaux francophones au Canada : l’hôpital Hôtel Dieu de Lévis et l’hôpital (HDL) et l’hôpital Montfort (HM) à Ottawa

El Kebir Ghandour, chercheur postdoctoral IRSC- INESSS- CISSS Chaudière Appalaches

Patrick Archambault, chercheur-clinicien intégré IRSC, MD, M. Sc, FRCP

Josée Rivard, directrice des soins infirmiers, CISSS Chaudière Appalaches

En 2016, le CISSS de Chaudière-Appalaches et l’hôpital Montfort étaient les seuls hôpitaux francophones ayant participé à une collaboration nationale dirigée par la Fondation Canadienne pour l’amélioration des services de santé (FCASS) et l’Hôpital Mount Sinai (Toronto) pour la mise en œuvre de la stratégie ACE.

Les deux hôpitaux ont choisi une même intervention « Coach de transition » visant l’amélioration de la qualité de la transition des soins des aînés fragiles. L’adaptation de la stratégie a été menée différemment par les deux hôpitaux et les résultats sont mitigés.
Nous présentons les résultats d’une évaluation comparative de l’adaptation et l’implantation de ACE dans ces hôpitaux.

Nous avons mené une étude de cas multiples, comparative et exploratoire, selon une méthodologie mixte basée sur le cadre stratégique pour une évaluation utile et utilisée et le National Health Service Sustainability Model (NHS-SM). Nous avons mené une analyse documentaire, 21 entrevues individuelles (8 à HDL et 13 à HM; mai 2018- avril 2019), 2 focus groupes avec les acteurs clés (professionnels, managers et patients-partenaires) et une analyse du NHS-SM questionnaire. L’analyse s’est concentrée sur les contextes, les acteurs et ressources, les principales décisions, les enjeux et les stratégies privilégiées pour l’implantation et le transfert des connaissances.

Nous avons pu identifier les barrières facilitateurs et les enjeux ayant influencé les résultats des projets ainsi que les principales stratégies utilisées pour l’adaptation local et l’implantation de l’intervention.

ACE a sensibilisé les équipes et a amélioré leurs connaissances et compétences; a permis d’établir des liens entre les aînés et leurs familles, les cliniciens, les gestionnaires et les équipes de planification des congés et à réfléchir à des liens systématiques avec la première ligne. Les leçons apprises ont permis de suggérer des stratégies de pérennisation du rôle du coach de transition et elles peuvent soutenir la diffusion régionale de l’interventions ACE et ailleurs au Canada.

 
 

Atelier 3-3 Trajectoire de communication avec caucus intégré en CHSLD

De nombreux défis reliés à la communication dans les équipes de soins existent depuis longtemps en hébergement. Les différents titres d’emploi ont de la difficulté à avoir de l’information et en particulier les PAB. Plusieurs modes de communication différents et non-standardisés existent dans les CHSLD. Beaucoup de problèmes quotidiens à gérer et solutionner suite à l’implantation des micromilieux. Nos objectifs étaient d’analyser, identifier les opportunités d’amélioration afin d’innover et construire un processus de communication amélioré.

Nous vous expliquerons l’approche utilisée en termes de modèle, stratégie et outils, les obstacles rencontrés lors de l’implantation, les leviers qui ont aidé à implanter le nouveau processus, les stratégies mises en place pour favoriser l’intégration de ce changement, les résultats obtenus, le niveau d’atteinte des objectifs et les causes associées ainsi que les leçons et apprentissages retenus.

 

 

 

Atelier 3-4 Comment bien se préparer à un déménagement en résidence

Sylvie Grenier, Directrice générale, Fédération québécoise des Sociétés Alzheimer

Nouha Ben Gaied, directrice R&D, qualité des services, Fédération québécoise des Sociétés Alzheimer

La transition du domicile vers une résidence n’est jamais une étape facile pour la famille et encore moins pour la personne elle-même, surtout dans un contexte de troubles cognitifs tels que la maladie d’Alzheimer. C’est néanmoins une étape importante à laquelle il faut penser, qu’il est nécessaire de planifier et de préparer de manière conjointe, entre la famille et l’équipe de soins du nouveau milieu de vie.

Le déménagement est sans doute l’une des étapes les plus importantes dans le parcours d’une personne vivant avec la maladie d’Alzheimer. Elle apporte en plus son lot de défis pour la famille, qu’il faut d’abord rassurer, réconforter et accompagner dans cette décision parfois très lourde à porter. Outre les Sociétés Alzheimer qui offrent conseils et soutien durant tout le processus, l’équipe de soins de la nouvelle résidence a un rôle important à jouer dès les premiers jours, pour que cette transition se déroule de la manière la plus harmonieuse possible, pour le nouveau résident et sa famille.

Ainsi, l’atelier aura pour objectif de mieux comprendre les sentiments éprouvés par le résident et la famille; sensibiliser aux étapes nécessaires à mettre en place avant un déménagement; d’outiller les équipes de soins pour qu’elles puissent prendre en charge les personnes atteintes de troubles cognitifs dès les premiers jours et tout au long de la période d’hébergement.

 

 

Atelier 3-5 Les soins aux aînés ici et ailleurs dans le monde: problématiques et solutions

Dr Abdo Shabah, Membre du Conseil d’administration de l’Association médicale canadienne (AMC)

Tous les gouvernements au pays, y compris celui du Québec, sont confrontés au vieillissement de la population et à ses impacts sur le système de santé. Ce changement démographique est devenu une priorité de tous les instants, car il provoque une prise de conscience de la part de tous les intervenants sur le besoin de modifier les soins aux aînés et l’endroit où ils sont livrés.

L’Association médicale canadienne (AMC) s’intéresse depuis plusieurs années aux soins aux aînés et au phénomène du vieillissement de la population pour favoriser une prise de conscience collective. Elle réclame depuis longtemps une stratégie pancanadienne afin de mieux coordonner les mesures pouvant être mises de l’avant pour amoindrir l’impact du vieillissement sur le système de santé.

Le Québec n’étant pas le seul endroit à devoir composer avec cette problématique, cet atelier fera état de politiques et de projets mis en place ailleurs au pays et dans le monde pour mieux gérer les impacts du vieillissement de la population dans le système de santé. Le Québec pourrait-il bénéficier de l’expertise et de solutions mises de l’avant ailleurs? La technologie représente-t-elle la voie de l’avenir? Voilà deux questions qui mettent la table à une discussion qui promet d’être des plus intéressantes.       

CONFÉRENCES

Conférence La Direction générale des aînés et des proches aidants (DGAPA) – vision et actions

► Salle plénière, 8 h 50

Natalie Rosebush Sous-ministre adjointe, Direction générale des aînés et des proches aidants, Ministère de la Santé et des Services sociaux

À l’automne 2019, le MSSS a procédé à la création de la Direction générale des aînés et des proches aidants (DGAPA) afin de regrouper les expertises du Secrétariat aux aînés et des directions du MSSS qui travaillent sur les enjeux touchant les aînés et les proches aidants.

L’élaboration de deux politiques structurantes, soit celle sur les proches aidants et celle sur l’hébergement et de soins de longue durée, est sous la responsabilité de cette direction. De plus, la DGAPA veille à coordonner la mise en œuvre du Plan d’action 2018-2023 :« Un Québec pour tous les âges », découlant de la politique « Vieillir et vivre ensemble, chez soi, dans sa communauté, au Québec » et à assurer la mise en œuvre du Plan d’action gouvernemental pour contrer la maltraitance envers les personnes aînées 2017-2022.

La DGAPA contribuera également à actualiser le concept de Maisons des aînés et à soutenir l’ouverture de maisons de répit pour les proches aidants. Le mieux-être des aînés et des proches aidants est donc au cœur des actions de la DGAPA.

 

 

 

 

 

Conférence Ajouter de la vie aux années par la gériatrie sociale

► Salle plénière, 9 h 30

Dr Stéphane Lemire, interniste gériatre et président de la Fondation AGES

À la Fondation AGES, nous faisons le pari qu’il est possible d’ajouter de la vie aux années par le modèle de gériatrie sociale que nous développons depuis 2013. Ce modèle, issu d’une expérience concrète sur le terrain et des forums de gériatrie sociale tenus en 2016 et 2018, souhaite établir un trait d’union entre le milieu communautaires et le réseau de la santé en agissant à même le milieu de vie des aînés, chez eux et avec leurs proches aidants.

En agissant en amont, l’objectif est d’améliorer la qualité de vie des aînés sans avoir recours à la lourdeur des services institutionnels. Enfin, l’approche préconise le respect des droits et des choix personnels des aînés en ce qui concerne leur santé.

 

 

 

 

 

 

Allocution

► Salle plénière, 16 h 00

Marguerite Blais, Ministre responsable des Aînés et Proches aidants

 

 

 

 

 

 

 

COMITÉ D’ORIENTATION

Le contenu du Colloque pour le Mieux-Être des Aînés est sous la responsabilité du comité d’orientation :

  • Sylvie Cayer, directrice à la Direction de la qualité des milieux de vie au ministère de la Santé et des Services sociaux
  • Chantal Kroon, directrice adjointe, SAPA
  • Annie Foy, directrice adjointe SAD-RI au CIUSSS Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal
  • Émilie David, Responsable de l’attraction des talents, RQRA
  • Sophie Barsetti, Directrice, Soutien à l’autonomie des personnes âgées (DSAPA)
  • Johanne Pratte, directrice générale, ARIHQ
  • Annick Lavoie, directrice générale, AEPC
  • Claude Ménard, président, Regroupement provincial des comités des usager
  • Christian Grenier, consultant, Le Point en santé et services sociaux

TARIFS POUR LES INSCRIPTIONS

PRIX LÈVE-TÔT

Billet régulier : 275,00$ + taxes
Groupe de quatre personnes : 225,00 $ + taxes par personne

* Offre valide jusqu’au 29 février 2020

PRIX RÉGULIER

Billet régulier : 375,00$ + taxes
Groupe de quatre personnes : 325,00 $ + taxes par personne

* À partir du 1er mars 2020

HÉBERGEMENT

FOUR POINTS SHERATON

Adjacent au Centre des congrès et d’expositions de Lévis 

Un bloc de chambres a été réservé pour les participants du colloque. Toutes les réservation se feront individuellement. Les participants peuvent réserver en appelant au (418) 838-0025 ou au 1 888 838-0025.

Lors de la réservation, prière de mentionner le nom du Colloque pour le Mieux-Être des Aînés ainsi que le Centre de congrès de Lévis. Le bloc de chambres sera retenu jusqu’au 22 mars 2020, veuillez réserver avant cette date.

Tarif préférentiel : 145,00 $ en occupation simple ou double

POLITIQUE DE REMBOURSEMENT

10 semaines et plus avant le colloque : 75% de la facture
5 à 10 semaines avant le colloque : 50% de la facture
Moins de 5 semaines avant le colloque : aucun remboursement
 
Vous pouvez en tout temps transférer votre inscription à un autre participant en contactant :
Michel Gagnon

EXPOSANTS SUR PLACE

1 FÉDÉRATION DES CAAP
2 CISSS CHAUDIÈRES-APPALACHES

P&G PROFESSIONAL
REVENU QUÉBEC
APETITO HFS LTD
QUALICODE
ERGOGRIP

9 L’APPUI
10 CENTRE DE RECONNAISSANCE
11 ESSITY CANADA INC.
12 HOPEM
13 HOPEM
14 DOMEDIC
15 ROUSSO
16 HOSPITALIS

17 UNIVERSITÉ LAVAL
18 ARJO
19 ARJO
20 EPIKURA
21
22
23
24
25

PARTENAIRES ET COMMANDITAIRES

Commanditaire Argent

Commanditaire Bronze

Partenaire